Actualités

Après les champignons de Paris, les champignons de Marseille

Publié le 2 octobre 2017

A Marseille aussi, nous avons nos champignons! Et en plus ils sont écologiques puisqu’ils poussent dans du marc de café recyclé. C’est l’association « Les Champignons de Marseille » qui a mis au point cette récolte dans les sous-sols de la rue de la République. Le marc de café de restaurateurs est récupéré puis mélangé avec de la paille mouillée à laquelle on injecte du mycélium de pleurote. Pas très appétissant tout ça et pourtant, ce champignon fait fureur auprès des restaurateurs marseillais, il serait de meilleure qualité et bien sûr plus frais de part sa production locale.

champignon.jpg

Chez Etienne

Publié le 16 août 2017

Une vraie figure de Marseille s’est éteinte le 8 août dernier à l’âge de 84 ans, Etienne Cassaro, le patron du fameux restaurant Chez Etienne.

Extrait du 10 août 2017 du journal La Provence 

« Il ne déchirera plus un bout de nappe en papier pour faire l’addition à la main sur la table du client à la fin du repas. Etienne Cassaro, patron emblématique de la pizzeria « Chez Etienne », au 43 de la rue Lorette au Panier (2e), est décédé mardi soir à l’âge de 84 ans. Avec cette disparition, c’est une figure de la restauration marseillaise qui s’en va. Et du même coup une page de l’histoire locale qui se tourne. Chez Etienne, on ne prenait ni réservation par téléphone, ni carte bleue pour régler son repas. « Les prix étaient faits à la tête du client. Personne ne payait la même chose pour un même plat », se souvient un habitué de l’établissement, qui venait pour les deux spécialités : les pizzas et les supions.

Etienne Cassaro, avait pris la succession de son père, un Sicilien qui avait ouvert en 1943 « Chez Cassaro », une gargote pour les ouvriers du quartier. « C’était la guerre, on était évacué du Vieux-Port et on n’avait pas grand-chose dans les assiettes », racontait-il à La Provence en août 2006. Soixante-dix ans plus tard, les assiettes sont remplies mais l’esprit cantine est resté. Un esprit qui, pendant des décennies a attiré les personnalités marseillaises les plus diverses: les joueurs de l’OM, des dirigeants du monde du foot, de l’entreprise, de la presse, des avocats, des policiers… « On aimait se retrouver là-bas », se rappelle un journaliste du Provençal qui y terminait souvent ses soirées. « Sa générosité et sa bonne humeur ont marqué tous ceux qui ont croisé son chemin », saluait hier soir le sénateur-maire Jean-Claude Gaudin, « ému et triste » d’apprendre cette disparition. « C’est une figure du Marseille populaire qui s’en est allée », insistait l’élu. »